Chapitre 4 : Gérer les espaces terrestres (7)

Doit-on éviter les littoraux ?

C. Vers une mise en perspective.

1°) Les littoraux sont-ils durables ?

         Sur Terre, assiste-t-on plutôt à un phénomène de littoralisation (type Espagne méditerranéenne) ou à un recul démographique (type Espagne atlantique) ? Quels sont les flux principaux (hommes, marchandises…) ? Quels aménagements sont réalisés sur le littoral (treillage, urbanisation…) ?

        Quelle(s) activité(s) (tourisme, pêche, industrie, commerce, agriculture…) domine(nt) à l’échelle mondiale ? Comment les acteurs interagissent-ils (concurrence, complémentarité) ? Les littoraux sont-ils surexploités/pollués ?

        Quelles politiques de développement sont mises en œuvre ? Sont-elles durables ? A quelles échelles s’opèrent-elles ? Quels nouveaux aménagements en découlent ?

 

2°) Est-il risqué de vivre sur les littoraux ?

         Quels sont les aléas qui pèsent sur les littoraux dans le monde ? Sont-ils plutôt naturels (ex. séisme, tsunami) ou technologiques (nucléaire) ? Quelle est la probabilité (fréquence) ou l’intensité de ces dangers potentiels ?

        La vulnérabilité sur les littoraux dépend-elle uniquement de la densité de population ? Les littoraux riches (biens mobiliers, immobilier, activités lucratives) augmentent-ils nécessairement la vulnérabilité, donc les risques ?

        Tous les littoraux dans le monde sont-ils aussi surveillés qu’au Japon ? Les populations reçoivent-elles suffisamment d’information et de formation ? Comment l’Etat intervient-il (norme…) pour réduire les risques ? Les secours sont-ils toujours efficace en cas de catastrophe (cf. Fukushima) ?

 

3°) Peut-on envisagé un lieu plus « sûr » ?

        Les zones non littorales de la planète sont-elles épargnées par les aléas qui frappent les côtes ? Par exemple, les montagnes, plus en altitude, bénéficient-elles d’une réduction des risques (tsunami…) ?

        Doit-on privilégier les Etats les plus pauvres et les moins peuplés dont la vulnérabilité, donc le risque, est moindre en valeur absolue ? Aussi, quel type de pays semble le moins exposé aux risques ?

        La prévision, la protection, la prévention et la préparation varient-elles d’un espace à l’autre (littoral/intérieur, Etat riche/pauvre…) ? Les littoraux doivent-ils s’inspirer des capacités de réaction mises en avant dans les territoires à l’intérieur du pays ?

 

        Les littoraux espagnols et japonais soulignent les problèmes d’aménagements et les risques qui pèsent sur ces territoires. Pour autant, est-il envisageable d’abandonner les littoraux ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site