Enseignement Moral et Civique

"L'ECJS est morte, vive l'EMC !"

 

   L'Enseignement Moral et Civique remplace l'Education Civique Juridique est Sociale à la rentrée 2015. Ainsi l'enseignement (étymologiquement in signum, "ce qui marque d'un signe") efface l'éducation (préfixe e- et duco, "qui conduit vers le haut"), ce qui induit fallacieusement une logique plus descendante qu'ascendante pour "l'élève", alors même que l'EMC conserve une démarche inductive (plus que déductive).

   De même, dans cette nouvelle appellation, on pourrait regretter la disparition du droit ("juridique") et du lien ("sociale"), ainsi qu'une place centrale accordée à la morale ("moral"), relayant le citoyen ("civique") aux confins de l'acronyme, aux bords même du précipice qui a vu disparaître le J et le S.

   Toutefois, si la forme change, le fond au lycée général reste sensiblement le même, tant dans les programmes que dans les approches (recherche & débats argumentés, coopération, partenariat...). Mieux, tous les élèves y ont désormais accès du cycle 2 au baccalauréat, qu'il soit général, technologique ou professionnel. Cette matière transdisciplinaire conserve donc ses caractéristiques éducatives, civiques, juridiques, sociales et... éthiques (plutôt que morales) !

 

EDUCATION : nom commun qui renvoie au verbe latin educo ("élever, nourrir, instruire, former, tirer de, produire..."). Il s'agit donc d'élever, de nourrir (intellectuellement) et de tirer vers le haut en vue de favoriser l'autonomie, voire l'indépendance, de celui qui s'élève.

    "L'éducation passe avant l'instruction : elle fonde l'homme".

Antoine de Saint-Exupéry, Carnets, Gallimard, 1953, p. 118.

CIVIQUE : adjectif qualifiquatif qui renvoit au citoyen (cives en latin). En grec, on l'appelle politès, celui qui appartient et participe à la polis ("cité"), dans le sens de "communauté de citoyens" (Aristote, Politiques, III, 1, 2). Il agit donc dans le domaine politique.

    "Les (...) hommes peuvent s'adonner à leurs affaires particulières et à celles de l'Etat. (...) Nous considérons l'homme qui n'y participe pas comme un inutile et non comme un oisif".

Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, II, 40.

JURIDIQUE : adjectif qualificatif qui renvoit au nom commun "droit" (ius, iuris en latin). Le droit désigne en fait une pluralité : droits naturels, politiques, économiques, sociaux, culturels que défendent les textes juridiques (déclarations, conventions,

    "Les États parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation, (...) [pour] préparer l'enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre".

Extraits des articles 28 et 29 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant de 1989.

SOCIALE : adjectif qualificatif qui renvoie à la société (societas en latin). Etymologiquement, c'est l'ensemble des "alliés" (socii), c'est-à-dire ceux qui sont liés entre eux. La société est donc une collectivité organisée dont les membres partagent des relations plus ou moins complexes.

    "Je ne connais qu'une Église : c'est la société des hommes".

Jean-Paul Sartre, Le diable et le bon dieu, Folio n° 52, p. 36.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site